Skip to main content

Déchets et enfouissement

Déchets radioactifs : une dénomination commune

Les déchets radioactifs ressemblent aux déchets ménagers et industriels. Ils sont constitués de toute une série de substances, matériaux, outillages, appareils, conduites, installations démantelées, tenues de protection, ... qui ne peuvent plus être utilisés. Où réside alors la différence ? Les déchets radioactifs contiennent des substances qui émettent un rayonnement ionisant. Ce rayonnement traverse la matière, peut entraîner des modifications et endommager des tissus vivants. Il peut donc être nocif pour l'homme et l'environnement. Toutefois, la radioactivité diminue avec le temps. Jusqu'à ce que le rayonnement ait atteint un niveau acceptable, les gestionnaires doivent veiller à la santé publique et élaborer une solution sûre.

SCK CEN - Afval en berging (2019)

Catégories de déchets radioactifs

D'où proviennent en réalité les déchets radioactifs ? La plupart d'entre eux proviennent de la production d'électricité par fission nucléaire. Or, les centrales nucléaires ne sont pas les seules à produire des déchets radioactifs. Ceux-ci proviennent aussi de la médecine nucléaire (p.ex. aiguilles d'injection), de l'agriculture (p.ex. stérilisation des aliments par irradiation) et de l'industrie (p.ex. inspection des soudures). En fonction de l'intensité du rayonnement et de la durée de vie, les déchets radioactifs sont subdivisés en catégories : déchets de faible, moyenne et haute activité et déchets à durée de vie courte ou longue.

 

Trois solutions pour les déchets radioactifs

Chaque type de déchets radioactifs demande une solution spécifique. L'Organisme national des déchets radioactifs et des matières fissiles enrichies (ONDRAF) est responsable de la gestion à court et à long termes de tous les déchets radioactifs en Belgique. Le SCK CEN est étroitement impliqué dans l'infrastructure scientifique des dossiers de sécurité. La question clé est la suivante : comment pouvons-nous protéger l'homme et l'environnement contre les effets nocifs du rayonnement ?

  • SCK CEN - Afval en berging (2019)

    Stockage en surface

    Les déchets de courte durée de vie de faible et de moyenne activité proviennent surtout de l'industrie, de la médecine et de la recherche scientifique. Ils peuvent être stockés en toute sécurité en surface sans risques pour la santé publique des générations actuelles et futures. Un nouveau site de stockage en surface est actuellement en cours d'élaboration. Dans l'attente de ce dernier, les fûts de déchets sont stockés provisoirement dans des bâtiments spéciaux.

     

  • SCK CEN - Afval en berging (2019)

    Stockage géologique

    Les déchets de haute activité et/ou de longue durée vie proviennent surtout de la matière combustible nucléaire des centrales nucléaires et du démantèlement des installations nucléaires. La recherche internationale montre que le stockage géologique est la meilleure solution pour ce type de déchets. Le SCK CEN est un pionnier dans la recherche pour stocker ces déchets dans des couches d'argile profondes. Aujourd'hui, il étudie les différentes options de concert avec l'ONDRAF et d'autres partenaires belges.

  • SCK CEN - Nieuwe reactoren en splijtstoffen (2019)

    Transmutation

    Le stockage géologique est nécessaire, mais des techniques comme la séparation et la transmutation pourraient diminuer l'empreinte du stockage géologique. La transmutation transforme les matières radioactives de longue durée de vie en matières moins toxiques de courte durée de vie. Avec MYRRHA, le SCK CEN se positionne en chef de file de la recherche sur cette technique très prometteuse.

SCK CEN - Afval en berging (2019)

Barrières naturelles et artificielles en cas de stockage géologique

En cas de stockage géologique, tant des barrières naturelles que des barrières artificielles font en sorte que les déchets radioactifs ne constituent aucun danger pour l'homme et l'environnement pendant des milliers d'années. L'argile est une barrière naturelle inestimable. Elle a pour propriétés de ne pas laisser passer l'eau et de retenir les particules radioactives qui ne peuvent donc se diffuser que très lentement. En raison de sa plasticité, l'argile exclut automatiquement toutes les fissures et crevasses possibles qui pourraient se former. La barrière reste ainsi étanche. L'ONDRAF et le SCK CEN étudient spécifiquement l'argile de Boom dans leur laboratoire de recherche souterrain HADES. En outre, les déchets de haute activité sont emballés dans des conteneurs de stockage spécialement conçus, à savoir des superconteneurs. Ces derniers sont constitués de différentes barrières en béton et en acier qui confinent les déchets.

À 225 mètres de pronfondeur

Pour confronter à la réalité un stockage géologique dans l'argile de Boom, le SCK CEN a entamé en 1980 la construction d'un laboratoire à 225 mètres sous le sol. Ce laboratoire souterrain a été dénommé de manière appropriée HADES, dieu du monde souterrain. Les scientifiques y étudient les caractéristiques mécaniques, chimiques et microbiologiques de l'argile et l'interaction entre les déchets radioactifs et les matériaux qui absorbent le rayonnement. A quelle vitesse les matières radioactives se disséminent-elles dans l'argile ? A quelle vitesse les matériaux d'emballage des déchets sont-ils attaqués ? Comment pouvons-nous construire des tunnels et des tunnels latéraux ? Les résultats de la recherche, les modèles et les simulations informatiques sont très prometteurs. La radioactivité qui, après des milliers d'années, serait libérée de la couche d'argile dans des concentrations très réduites, n'a aucun impact sur l'homme et l'environnement. Le laboratoire souterrain HADES est géré aujourd'hui par le GIE EURIDICE, un groupement d'intérêt économique entre le SCK CEN et l'ONDRAF.

SCK CEN - Missie en visie (2019)

Travail de stockage en dehors de HADES

Le laboratoire souterrain HADES est un pilier important de la recherche « Déchets et enfouissement » du SCK CEN, mais la recherche ne s'arrête pas là. Le SCK CEN étudie d'autres aspects afin d'améliorer et de rendre plus sûre la gestion des déchets. Le centre de recherche se penche sur toute une série de questions. Avec quelles techniques pouvons-nous mieux traiter et conditionner les déchets ? Comment différents types de matériaux comme l'argile, le verre, le béton et le mortier réagissent-ils à court et à très long terme ? Comment pouvons-nous caractériser les déchets radioactifs ? Quels produits radioactifs peuvent se disséminer dans un site de stockage ? Les chercheurs introduisent ces vues dans des modèles informatiques grâce auxquels ils soutiennent les analyses de performance et de sécurité de l'ONDRAF.

SCK CEN - Opleiding bij Academy (2019)

Intéressé par une formation, un stage ou une thèse ?

Quiconque veut approfondir ce sujet peut s'inscrire pour une formation auprès de la SCK CEN Academy
Plus de détails

Partagez cette page