Le SCK•CEN développe des infrastructures dans la lignée des travaux de Brout, Engler et Higgs

Aujourd’hui, toute la Communauté scientifique belge est fière du Prix Nobel décerné à notre compatriote François Englert.

Le Centre d’Etude de l’Energie Nucléaire (SCK•CEN) tient à le féliciter d’avoir ainsi mis en lumière la Recherche et ses Chercheurs, qui travaillent dans des échelles de temps aux antipodes de celles de la vie quotidienne et de l’air du temps. Dans une société misant de plus en plus que sur des résultats immédiats, le Pr Englert, grâce à sa curiosité scientifique, contribue à la compréhension de l’origine de notre univers.

Il y a cinquante ans, le Pr François Englert et son collègue Robert Brout émettaient l’hypothèse de la « particule de Dieu », ou boson Higgs. L’année dernière, à Genève, des milliers de chercheurs, ingénieurs et techniciens du CERN (Centre Européen de Recherche Nucléaire) unissaient leurs efforts pour mettre en évidence cette particule qu’il avait vue ou pensée.

La reconnaissance de son travail doit aujourd’hui inspirer la Communauté scientifique de notre pays, mais aussi ses décideurs. La Belgique doit impérativement conserver ses centres d’excellence dotés d’infrastructures de niveau international afin d’attirer des chercheurs hors du commun et de contribuer au progrès de la Science et de l’Innovation. Il est crucial de continuer à investir dans des technologies et des infrastructures permettant  des recherches innovantes et offrant l’opportunité de tester et confirmer des théories fondamentales comme celle de Brout-Englert-Higgs.

Dans le cadre du projet MYRRHA, le SCK•CEN développe ainsi une infrastructure de recherche qui offrira à terme de nouvelles possibilités pour ce type de recherche fondamentale. La conception unique de l’accélérateur de particules de MYRRHA permettra en effet de produire des faisceaux d’isotopes radioactifs à des intensités jusqu’ici non atteintes, ouvrant du même coup toute une série de nouvelles expériences dans le domaine des interactions fondamentales, physique nucléaire et atomique, physique du solide, biologie et des applications médicales. Ces expériences exigent des longues périodes de faisceaux et sont pour le moment difficiles à réaliser avec les moyens actuels.

Le projet ISOL@MYRRHA sera opérationnel dans plus de dix ans, mais suscite déjà un vif intérêt dans ce milieu de recherche scientifique. En collaboration avec un groupe de physiciens de renommée internationale, les chercheurs du SCK•CEN travaillent actuellement sur un programme de recherche destiné à finaliser le design de ISOL@MYRRHA. Pour ce projet, le Centre de l’Etude de l’Energie Nucléaire collabore également avec le CERN.