Le SCK•CEN renforce le système de surveillance international pour détecter les essais nucléaires

Award CBTBOLe SCK•CEN s'est acquis une renommée internationale dans le domaine de la recherche qui contribuera à optimiser le système de surveillance international pour l'enregistrement des essais nucléaires. Notre collègue Johan Camps (chef de l'unité Gestion de Crise et Aide à la Décision) a présenté, à l’occasion de la Conférence internationale sur la Science et la Technologie, organisée à Vienne par l’OTICE (Organisation du Traité d'Interdiction complète des Essais nucléaires), l'état d'avancement de la recherche effectuée au SCK•CEN. Parmi les quelque 80 exposés scientifiques, la présentation de Johan Camps a été élue comme la meilleure par un jury et a été récompensée par un EU Star Award.

L’OTICE (Organisation du Traité d’Interdiction Complète des Essais nucléaires) est l’organisation chargée de vérifier si l’interdiction générale des essais nucléaires est respectée dans le monde. L’organisation a développé à cet effet un système de surveillance international qui effectue des mesures sismiques, acoustiques, infrarouges et de la radioactivité (particules et gaz nobles).

Les principales composantes de ce système sont les mesures sismiques et radioactives. Une mesure sismique d’une explosion nucléaire ne peut pas toujours être distinguée d’un tremblement de terre ordinaire. Mais une combinaison avec les mesures de produits de fission de courte durée de vie à proximité relative du choc sismique permet d'apporter une preuve concluante qu'un essai nucléaire a été effectué. Les produits de fission de courte durée de vie qui sont mesurés, sont des isotopes du xénon ayant une demi-vie de moins d’un jour à onze jours.

Cependant, surtout dans l’hémisphère nord, il y a un rayonnement de fond de ces isotopes du xénon à courte durée de vie en raison de la production de radio-isotopes médicaux. La production de radio-isotopes médicaux entraîne les mêmes isotopes du xénon de courte durée de vie. Cela engendre, surtout dans l’hémisphère nord, un rayonnement de fond parfois élevé de xénon radioactif. Le xénon étant un gaz noble, sa propagation dans l'atmosphère peut être très difficile à combattre. Sur le plan de la radioprotection, ce n’est absolument pas nécessaire non plus. Ce rayonnement de fond perturbe toutefois les mesures de gaz nobles radioactifs effectués par le système de surveillance international. Pour améliorer cette situation, le SCK•CEN effectue, en collaboration avec l’IRE de Fleurus, qui produit des radio-isotopes médicaux, une étude qui doit aboutir au développement d’un prototype d’installation d’adsorption des gaz nobles radioactifs. Cette installation doit retenir les isotopes du xénon à courte durée de vie suffisamment longtemps pour que la majeure partie décroisse avant de quitter la cheminée de l’IRE. Par conséquent, le rayonnement de fond du xénon diminue sensiblement, ce qui permet au système de surveillance international de mieux fonctionner.
 
Ce projet représente largement les valeurs du SCK•CEN ; notre engagement social à œuvrer pour un monde sans armes nucléaires ; notre connaissance scientifique utilisée pour mieux définir les caractéristiques d’adsorption de différentes matières et notre connaissance technologique que nous allons appliquer pour construire un prototype d'installation d'adsorption.

Photo: © CTBTO - Marianne Weiss 

Liens intéressants

CTBT: Science and Technology 2013 Conference

Wie das Verborgene entdeckt werden kann