La médecine nucléaire suscite l’intérêt à la 63e Conférence générale de l’AIEA

2019-09-18

En 2018, le SCK•CEN a redoublé d’efforts dans la lutte contre le cancer en fondant NURA, un nuclear medical center of excellence. Le centre de recherche a détaillé en long et en large ses ambitieux plans lors d’un événement parallèle sur la médecine nucléaire pendant la 63e Conférence générale de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA). L’événement parallèle a attiré une foule importante.

La 63e Conférence générale de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a débuté ce lundi 16 septembre. Pendant cette assemblée annuelle, les États membres de l’AIEA se réunissent à Vienne afin de discuter de la politique et des programmes de l’année à venir. Cette conférence de quatre jours est truffée de séances plénières, réunions, visites exaltantes et autres événements parallèles.

L’un de ces événements abordait le thème de la médecine nucléaire. « La médecine nucléaire du labo au patient : aperçu de toutes les contributions récentes et innovantes de la Belgique. NURA en fait également partie », précise Eric van Walle, directeur général du SCK•CEN. Grâce à NURA, le SCK•CEN effectuera, à la demande de partenaires cliniques et industriels, des recherches d’avant-garde sur des produits radiopharmaceutiques visant à traiter plusieurs types de cancer. « Les traitements ciblés, ou targeted radionuclide therapy, sont de plus en plus populaires. Le besoin en radio-isotopes thérapeutiques est forcément élevé », raconte Dennis Elema, chef de projet au SCK•CEN. « Nous soutiendrons nos partenaires cliniques et pharmaceutiques dans le développement de ces produits radiopharmaceutiques très prometteurs en devenant un fournisseur fiable pour ces derniers et en poursuivant de surcroît les recherches sur les applications médicales. »

Une spin-off du SCK•CEN également de la partie

L’événement parallèle a été couronné de succès. De nombreux intéressés ont assisté à la séance afin d’échanger des connaissances, de se tisser de nouveaux contacts et d’apprendre à connaître certains projets ambitieux. DoseVue, une spin-off du SCK•CEN, était également de la partie. DoseVue a développé DoseWire, une technologie qui permet de mesurer rapidement et précisément les doses de rayonnement au niveau des tissus chez le patient. La technologie utilise à cet effet la fibre optique. En 2019, la société d’investissements LRM et l’Innovation Fund sont entrés dans le capital de DoseVue. « Cela nous permet d’optimiser davantage DoseWire pour l’usage chez les patients et de réaliser des études nécessaires à l’obtention d’une certification de marché. Nous avons pour ambition de jouer un rôle majeur dans la radiothérapie de différents cancers », conclut Emiliano d’Agostino, CEO de DoseVue. Une première version de DoseWire, dotée du marquage CE, est disponible sur le commerce et utilisée pour des applications non cliniques.

Plus d’informations

nura.sckcen.be