Protection de l'homme et de l'environnement

Optimiser les doses médicales de rayonnement

Les rayons X et radio-isotopes sont indissociables de la santé publique actuelle. La radiologie met les organes en image, la médecine nucléaire rend un diagnostic et traite le cancer au moyen de radio-isotopes et la radiothérapie utilise le rayonnement pour les traitements du cancer. Par ailleurs, de nouvelles applications nucléaires médicales voient sans cesse le jour.

Comme avec toute forme de radioactivité, des risques sont aussi liés à ces applications tant pour les patients que pour le personnel médical. Le SCK•CEN investit beaucoup dans la recherche innovante pour limiter au maximum ces doses de rayonnement, sans perdre les avantages de la radioactivité.
 

Protection des prématurés

Les prématurés souffrent souvent de poumons sous-développés. Ces enfants subissent au cours des premiers mois, bon nombre de radiographies des voies respiratoires. Les bébés et surtout les prématurés, sont très sensibles aux rayons. La dose doit donc être réduite au maximum. Mais la qualité d'une image radiologique est directement fonction de la quantité du rayonnement. Bon nombre de recherches ont été entreprises ces dernières années au sujet de l'équilibre précaire entre la dose de rayonnement minimale et une qualité suffisante de l'image.

De nouveaux modèles ont été développés à cet effet pour fixer la dose idéale pour chaque organe. A cet égard, nous confirmons l'utilité d'un filtre supplémentaire qui diminue d'un quart la dose de rayonnement dans les poumons sans ternir pour autant la qualité imagée. Nous menons une étude nationale qui devrait établir la charge générale de rayonnement auprès des prématurés belges.

Lésions cutanées en radiologie d'intervention

De plus en plus de traitements ou examens médicaux se déroulent selon la radiologie d'intervention. Dans ce cas, le patient reçoit une petite incision dans la peau. Sous contrôle visuel au moyen de techniques radiologiques, une série d'aiguilles traversent cette incision, fils de guidage et cathéters. Ce type d'intervention se fait très souvent lors du placement de stimulateurs cardiaques et stents, mise en image des vaisseaux sanguins …

Lors d'une intervention de longue durée, la radioactivité encourue peut endommager la peau. En collaboration avec divers hôpitaux universitaires, nous avons développé une méthode de mesure pour déterminer et suivre le seuil des dégâts épidermiques lors de radiologie d'intervention. Nous avons aussi élaboré des méthodes de protection pour le personnel médical.