La sûreté

Veiller à la sûreté de nos centrales nucléaires

Le SCK•CEN joue un rôle important dans l'exploitation sûre de centrales nucléaires tant en Belgique qu'à l'étranger. Grâce à l'étude de combustibles et matériaux irradiés, nous disposons d'une connaissance considérable sur le processus de vieillissement des réacteurs nucléaires. Le rayonnement ionisant dans un réacteur peut en effet attaquer les matériaux de structure et provoquer des fissures.

Ces études sont menées dans notre réacteur BR2 et dans le Laboratoire de Haute et Moyenne Activité (LHMA). Dans un premier temps, nous irradions des matériaux dans le BR2 et ensuite c'est autour du laboratoire LHMA d'analyser les dégâts et le processus de vieillissement. Les résultats de ces essais sont élémentaires pour prédire avec précision la durée de vie des réacteurs nucléaires.

Programme de surveillance

Les centrales nucléaires belges et étrangères nous ont fait intervenir dans le contrôle de l'acier de cuve des réacteurs. Sur base de nos conclusions, les exploitants et autorités prennent des décisions étayées sur le maintien ou non de l'ouverture prolongée des centrales. La demande internationale d'un programme de surveillance avancé que nous avons développé, est en plein essor.

Pour ce programme de surveillance, nous utilisons des spécimens se composant du même matériau que la cuve du réacteur et le matériel de soudure. Ces spécimens sont logés dans des capsules situées entre le réacteur et la cuve. En examinant ces capsules à des périodes déterminées, nous suivons l'évolution des matériaux de cuve et anticipons d'éventuels dommages.

Combustibles à longévité accrue

Grâce à nos recherches sur le combustible, nous conseillons les producteurs d'énergie quant à une prolongation de la durée d'utilisation sûre des combustibles. Nous réduisons ainsi la quantité de déchets radioactifs et utilisons de manière plus efficace nos stocks d'uranium.

En reproduisant avec précision le comportement du combustible et l'évolution de ses propriétés, nous sommes à même de limiter le nombre d'aiguilles défectueuses à moins de 1 aiguille sur plus d'un million. Une aiguille défectueuse peut aussi être examinée et peut fournir des renseignements sur la cause de la défaillance. Ceci est une manière d'améliorer constamment les matériaux et processus.