L'énergie nucléaire durable

Réacteurs de la quatrième génération

Les réacteurs de la quatrième génération utilisent les combustibles dotés de la plus grande efficacité, en ce sens qu'ils en retirent un rendement plus élevé avec pour effet, moins de déchets radioactifs. Avec la même quantité d'uranium naturel, nous pouvons faire fonctionner les nouveaux réacteurs en générant 50 fois plus d'énergie qu'avec ceux des générations précédentes. Ces réacteurs innovants sont même en mesure de produire à nouveau de l'énergie, cette fois issue des déchets radioactifs.

Nous testons dans nos installations et laboratoires, bon nombre de matériaux et combustibles pouvant servir à ces nouveaux futurs réacteurs nucléaires. A côté de cela, nous effectuons des mesures et des calculs pour sécuriser le développement et l'exploitation de ces réacteurs. Cette recherche se déroule dans le réacteur BR2 et dans le laboratoire de haute et moyenne activité. A terme, nous y associerons notre nouvelle installation de recherche MYRRHA.

Faire durer nos réserves d'uranium

Nous pouvons générer de l'énergie nucléaire en fissionnant des noyaux d'uranium. Dans les réacteurs actuels refroidis à l'eau, ce sont ces neutrons "lents" qui provoquent la fission. L'eau refroidie ralentit les neutrons de sorte qu'ils ne fissionnent que de l'uranium-235.

Les réacteurs de la quatrième génération utilisent des neutrons rapides qui fissionnent également de l'uranium-238. L'uranium naturel contient à peine 0,7 % d'uranium-235 contre 99,3 % d'uranium-238. Ces réacteurs rapides utiliseront  donc de manière beaucoup plus efficace cet approvisionnement d'uranium présent sur terre. Si ces nouveaux réacteurs s'avèrent opérationnels en 2030, les réserves d'uranium actuelles suffiront amplement. Dans la négative, la totalité de l'approvisionnement naturel en uranium sera épuisé en 2100.


Moins de déchets nucléaires et moins de radiotoxicité

Le fait que les réacteurs de la quatrième génération utilisent de manière plus efficace l'uranium naturel, diminue dans un premier temps, la quantité de déchets radioactifs. Par ailleurs, ces réacteurs réutilisent leurs déchets issus de la réaction nucléaire par un processus de transmutation. La quantité de déchets radioactifs baisse ainsi sensiblement et reste moins longtemps toxique. Grâce aux nouveaux réacteurs, la quantité de déchets nucléaires reste limitée à peine 1 % de ce que les réacteurs actuels génèrent en déchets.

 

Plus d'infos: Nouveaux réacteurs et combustibles