Le SCK•CEN envoie le premier bioréacteur dans l’espace

Le 9 décembre prochain, la fusée SPACEX-13 décollera du Centre spatial Kennedy en Floride en direction de la Station Spatiale internationale ISS. A son bord, le tout premier bioréacteur développé par les microbiologistes du SCKCEN en collaboration avec l’Agence spatiale européenne et le consortium scientifique MELiSSA. Après dix ans de recherches intenses, cette expérience unique marque une étape essentielle dans le développement d’un système de production d’oxygène et de nourriture pour les astronautes lors des missions de longue durée. Un petit pas de plus vers la tant convoitée planète Mars.       

     

Pour permettre un jour des missions spatiales de longue durée comme vers Mars, les chercheurs du SCK•CEN travaillent sur un système microbien de recyclage de déchets permettant aux astronautes de produire de l’oxygène, de l’eau potable et de la nourriture sur base autonome dans l’espace. Menée en collaboration avec l’Agence spatiale européenne et un consortium d’experts internationaux, ce projet MELiSSA tente de découvrir comment reproduire dans l’espace de manière élémentaire et minimaliste le fonctionnement des micro-organismes dans le processus de recyclage sur terre.

La dose quotidienne de rayonnement ionisant est bien plus importante dans l’espace que sur terre, avec un impact direct sur les astronautes et les bactéries présentes dans l’espace. Soutenus par le SPF Politique scientifique (Belspo), les microbiologistes du SCK•CEN préparent depuis près de dix ans cette expérience spatiale impliquant la spiruline, une cyanobactérie intéressante, puisque capable de produire de l’oxygène et de la nourriture. S’ils ont déjà envoyé à plusieurs reprises cette spiruline en orbite avec les astronautes de l’ESA, les chercheurs belges s’apprêtent à présent à franchir une étape déterminante pour leur projet : le 4 décembre prochain, le premier photobioréacteur s’envolera vers la Station spatiale internationale (ISS) pour tester le comportement de la spiruline et la production d’oxygène par une culture bactérienne dans des conditions de microgravité et de radiations spatiales.
 

Photo : Wietse Heylen (gauche) en Ilse Coninx (droite)

        


 Photo : Nathalie Leys

 

«Il s’agit d’une première mondiale !», s’enthousiasme Natalie Leys, présente depuis le 24 novembre au centre spatial Kennedy en Floride pour préparer cette mission scientifique en compagnie de deux autres chercheurs du SCK•CEN. « Nous avons tellement attendu ce moment : ce bioréacteur va nous fournir des données essentielles pour nos recherches et nous rapprocher un peu plus de notre objectif final : contribuer, un jour, à la première mission vers Mars. »

A bord de l’ISS, l’astronaute italien Paulo Nespoli se chargera de suivre l’expérience et de communiquer les résultats intermédiaires à l’équipe de chercheurs belges installés au centre spatial Kennedy. Le bioréacteur restera dans la station ISS durant un mois avant de redescendre sur terre et d’être directement rapatrié par l’équipe de Natalie Leys dans les laboratoires du SCK•CEN.

 

 

Plus d'infos?

https://tvmol.be/media/molse-bacterien-naar-iss

Interview avec Nathalie - Highlights 2014