Réaction aux déclarations d’un professeur texan

Le SCK•CEN souhaite réagir aux déclarations d’un professeur texan tenues ce matin dans la presse.

Depuis son lancement en 1962, le réacteur de recherche BR2 utilise de l’uranium hautement enrichi provenant de fournisseurs étrangers. Comme pour toute matière radioactive utilisée pour des applications médicales, industrielles ou dans la recherche, chaque transport doit faire l’objet d’une autorisation spéciale. Cette autorisation n’est accordée que si le transport satisfait à une série de normes de sûreté et de sécurité. Le SCK•CEN respecte les règles de sûreté et de sécurité imposées par l’Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire (AFCN). En outre, le site du SCK•CEN bénéficie de la même protection que les centrales nucléaires, avec une présence permanente de militaires.

Fin 2014, le SCK•CEN a introduit une demande de licence d’exportation pour un transport d’uranium hautement enrichi métallique des Etats-Unis vers un fournisseur européen chargé de transformer la matière première en éléments combustibles. Ce sont ces éléments combustibles qui sont livrés à la Belgique. Il est excessivement complexe d’utiliser ces éléments combustibles pour parvenir à fabriquer des armes nucléaires.

Suite à la décision prise, début 2016, de choisir un fournisseur américain produisant directement l’élément combustible, la demande initiale a été retirée et une nouvelle introduite par le SCK•CEN. Contrairement aux déclarations du professeur texan, aucune de ses pétitions n’a donc eu un quelconque impact sur l'ajournement d'une livraison. Le retrait de la demande de livraison était dû à un changement de fournisseur nécessitant l’introduction d’une nouvelle demande.

Pour rappel, la Belgique s’est engagée depuis plusieurs années à transiter vers une utilisation d'uranium exclusivement faiblement enrichi dans le BR2 dès la mise au point d’une solution technologique. Un important programme de recherche de conversion est actuellement en cours au sein du SCK•CEN, en collaboration avec des partenaires externes, dont les USA.

Le BR2 joue un rôle crucial dans la production de radioisotopes médicaux, essentiels dans le dépistage et le traitement des cancers. Le BR2 représente quelque 25 % de la production mondiale totale de radioisotopes médicaux, voire jusqu'à 65 % dans les périodes de forte demande, assurant le traitement de millions de patients par an partout dans le monde.