Réaction à l'article du Knack: SCK•CEN réfute les propos sur Doel 3 et Tihange 2

L’hebdomadaire Knack publie ce 2 mars un article intitulé « De scheuren in Doel 3 en Tihange 2 kunnen groeien » dans lequel il fait état des études menées par le SCK•CEN sur les cuves de ces deux réacteurs. Si nous comprenons que ce dossier puisse susciter une certaine émotion dans le grand public, nous nous devons néanmoins, en tant qu’experts scientifiques, de réfuter les propos tenus par Walter Bogaerts dans cet article. 

Depuis plus de 60 ans, notre centre de recherche belge s’est forgé une expertise unique en matière d’analyse du comportement des matériaux des cuves de réacteur nucléaire, une expertise qui lui vaut d’être reconnue par les experts internationaux. Le SCK•CEN mène à ce titre de nombreuses études dans le monde entier.

Dans le cadre de Doel 3/Tihange 2, nous avons réalisé tous les tests sur les matéraux irradiés et non-irradiés importants de ce dossier, en complétant ces analyses par notre large banque de données validée.  Pour ce type de tests, le SCK•CEN dispose d’installations d’essai ultramodernes et applique des procédures d’évaluation très poussées pour évaluer le comportement sous irradiation du matériau dans toutes les conditions. Nous avons donc collaboré de manière intensive à l’étude finale d’intégrité des cuves des réacteurs de Doel3/Tihange2.

Tous les résultats de ces tests, leur interprétation et leur analyse ont ensuite été présentés et évalués par un panel international d’experts mis sur pied par l’Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire (AFCN). Sur base de ces résultats, l’AFCN a décidé du redémarrage des deux centrales nucléaires.

Le SCK•CEN a également collaboré aux études sur l’effet de l’hydrogène et participé aux discussions menées par les experts nommés par l’AFCN, ainsi que par le groupe d’experts constitué par Monsieur Bogaerts. Ces experts ont conclu que le soi-disant effet de pression d’hydrogène mis en avant par Monsieur Bogaerts était inexistant.

La conclusion de ces analyses est claire : l’intégrité structurelle des cuves de réacteur de Doel 3 et Tihange 2 respecte les normes de sécurité internatonale en vigueur pour les réacteurs nucléaires.

 

hotlabs