Thetis de l’UGent est le premier réacteur déclassé de Belgique grâce à l’expertise unique du SCK•CEN

Le réacteur nucléaire Thetis de l‘UGent a été utilisé jusqu'en 2003 pour la recherche scientifique. Après une longue période de préparation, le réacteur est à présent formellement démantelé. Cela signifie qu'il n'y a plus de substances ou de matières radioactives présentes dans le bâtiment. Le déclassement d'un réacteur nucléaire, une première en Belgique, est le résultat d'une excellente collaboration entre l’UGent et le SCK•CEN.

 

Recherche aux frontières de la connaissance

Thetis, le réacteur de recherche de l’UGent, a été inauguré en 1967. Il s’agit d’un réacteur d'essai, qui n'a été utilisé que pour des expériences scientifiques, et non pour produire de l'énergie. « Notre département a utilisé ce réacteur nucléaire unique en tant que source de neutrons pour effectuer des irradiations pour d'autres centres de recherches et pour la recherche privée, principalement l'analyse par activation neutronique », explique Karel Strijckmans, président du Département de chimie analytique et dernier exploitant du réacteur de recherche.

Thetis a été stoppé définitivement le 17 décembre 2003. Les mesures nécessaires ont ensuite été prises pour mettre le réacteur en mode sans échec, en prévision du déchargement et du démantèlement.


Démantèlement : une expertise belge exceptionnelle

Pour la gestion du démantèlement de Thetis, l’UGent a fait appel au Centre d’Étude de l’Énergie Nucléaire, fort de son savoir-faire unique suite au démantèlement de son réacteur BR3. « En 1989, le BR3 a été sélectionné comme projet pilote européen pour étudier la faisabilité technique et économique de la mise hors service d’un réacteur ; notre réacteur à eau pressurisée a servi de modèle pour le développement de la législation belge », explique Luc Noynaert, chef du département Démantèlement, décontamination et déchets du SCK•CEN. « Thetis est un réacteur d’un autre type que le BR3, plus simple à démanteler, mais la méthodologie et l’approche restent les mêmes. L’expérience engrangée avec Thetis est essentielle pour nos autres projets de démantèlement et pour la poursuite du développement de cette expertise belge unique. »


Historique du déchargement et du démantèlement

En 2010, Transnubel a assuré le déchargement et l'élimination de tous les combustibles nucléaires. Il ne restait que la structure hautement radioactive de la cuve du réacteur et l'infrastructure nécessaire notamment pour le refroidissement et la ventilation. Certaines parties de cette infrastructure peuvent également être légèrement contaminées par la radioactivité. Ces pièces ont été démantelées entre 2013 et 2015 par Belgoprocess (en collaboration avec Mourik). Tout a été démonté et, après un contrôle approfondi de la radioactivité par le Service de Contrôle Physique (radioprotection) de l’UGent, éliminé en toute sécurité. Enfin, ce même service a passé au scanner toute l’aile du réacteur afin de détecter une éventuelle radioactivité résiduelle et, le cas échéant, de l’éliminer en toute sécurité.

Depuis lors, il n'y a plus de substances ou de matières radioactives présentes dans le bâtiment du réacteur. Le bâtiment est libéré, à l’exception du fond de la cuve du réacteur. Après plusieurs inspections approfondies, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Euratom et l'Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire (AFCN) ont déclaré le réacteur nucléaire officiellement démantelé en 2015. Le dernier élément du processus décisionnel est la publication d'un arrêté royal (14/12/2015) visant à signifier la résiliation de l'autorisation pour le réacteur.

 

 

© UGent