L’engouement des jeunes pour recherche nucléaire en évolution constante

Près de deux fois plus de participants en 3 ans pour la SCK•CEN Academy

PhD 100 event  

Lieven, Alessandro, Ying ou encore Marlies. Ingénieurs, biologistes, écologistes, juristes ou entrepreneurs en herbe. Ils ont entre 25 et 35 ans et ont tous choisi de se spécialiser dans la recherche nucléaire. Avec toujours cette même motivation : repousser plus loin encore les limites de la connaissance et trouver des solutions aux grands enjeux technologiques et sociétaux. Face à une demande sans cesse croissante, le SCK•CEN lançait en 2012 l’Academy for Nuclear Science and Technology afin d’offrir un catalogue de formations encore plus large et diversifié. Trois ans plus tard, le nombre de participants a pratiquement doublé et le cap du 100e PhD diplômé a été franchi cette année. 

Chaque année, le SCK•CEN attire de plus en plus d’étudiants et de professionnels des quatre coins du monde, pour se perfectionner en technologie des réacteurs, science des matériaux, radioprotection, gestion des déchets, démantèlement, ou encore en radiobiologie et -écologie. « Grâce aux installations uniques et aux nombreux domaines de recherche, je peux bâtir ici une solide expérience pour relever les défis du secteur », témoigne Alessandro Marino, diplômé en septembre 2015. « La sortie du nucléaire de plusieurs pays nécessitera une expertise en démantèlement. Le projet MYRRHA apporte lui aussi des solutions à ces deux grands enjeux que sont la gestion des déchets nucléaires et la production de radio-isotopes ».

100e PhD diplômé en 2015

Sur les 104 PhD ayant entretemps terminé leur formation, près de la moitié ont décroché un poste au SCK•CEN pour poursuivre leurs recherches prometteuses. L’autre moitié trouvent également rapidement un emploi dans toute une série de secteurs, dont la recherche médicale, comme Marlies Gijs. « La recherche sur les rayonnements est essentielle en médecine pour parvenir à développer de nouveaux traitements contre des maladies comme le cancer. » 

D’autres étudiants ont traduit leur expérience dans la pratique et créé leur propre entreprise. « Après mon PhD, le SCK•CEN m’a accompagné dans le développement et la commercialisation de mon projet », raconte Ying Cao. « La technologie nucléaire est capable de donner naissance à de multiples applications qui peuvent faire avancer toute une série de domaines, que ce soit la médecine, le spatial ou encore le traitement des déchets. Tous ces développements essentiels pour la société nécessitent l’engagement de plusieurs générations de chercheurs. » 

2015, année record

En trois ans à peine, la SCK•CEN Academy for Nuclear Science and Technology accueille près de deux fois plus de participants. En 2012, 502 étudiants et professionnels ont participé à une formation contre pas moins de 858 en 2015. Même succès du côté des candidatures introduites par des étudiants de baccalauréat, master ou encore PhD, chaque année plus nombreuses graçe à une coopération fructueuse avec les universités. Depuis 1992, un peu plus de 200 étudiants PhD ont été encadrés par le SCK•CEN, et l’année 2015 s’avère être un cru d’exception. « L’année 2015 est exceptionnelle à plus d’un titre », explique Michèle Coeck, directrice de l’Academy et elle-même ancienne doctorante au SCK•CEN. « L’Academy a accueilli 76 stagiaires, 47 étudiants baccalauréat et master dans le cadre de leur thèse et, record absolu, accepté plus de 20 nouveaux étudiants PhD. En 2015, nous avons dépassé le cap des 100 étudiants diplômés. »

Italie, Brésil, Russie ou encore Finlande : les quelque 150 candidatures envoyées chaque année pour le programme PhD proviennent d’un peu partout dans le monde, mais aussi de Belgique. Sur les doctorants PhD diplômés, un peu plus de six sur dix (65%) sont belges. « La Belgique détient une expertise exceptionnelle qu’il nous faut absolument transmettre aux générations futures », affirme Eric van Walle, directeur général du SCK•CEN. « Au travers de nos formations et notre programme d’encadrement des PhD, nous voulons veiller au maintien des compétences nécessaires, en Belgique et à l’étranger, mais aussi continuer à faire avancer la recherche pour mettre au point de nouvelles technologies et applications essentielles pour notre société. »

Plus d'infos

SCK•CEN Academy website: academy.sckcen.be