Exercice plan d’urgence au SCK•CEN et Belgoprocess le 29 et 30 octobre

Le 29 et 30 octobre 2015, un exercice est organisésimulant un incident nucléaire. Les sites impliqués sont le Centre d’Etude de l’Energie Nucléaire (SCK-CEN) et Belgoprocess à Mol et Dessel. L’objectif de l’exercice plan d’urgence est de tester les procédures décrites dans les plans d’urgence et d’intervention. Sur base des évaluations, les procédures d’urgence et d’intervention peuvent, si nécessaire, être adaptées.

Pourquoi s’exercer ?

L’exercice est organisé dans le cadre du plan d’urgence nucléaire et radiologique pour le territoire belge. Les autorités communales provinciales et fédérales, les services de secours et les exploitants des installations nucléaires à Mol-Dessel participent à l’exercice.

Le premier jour, l’accent est mis sur la phase aigüe, avec engagement des différents acteurs sur le terrain. Pour éviter une éventuelle inquiétude, la population locale est informée de l’exercice. Le réseau des sirènes de l’Intérieur sera activé de manière silencieuse. Les sirènes des entreprises seront, quant à elles, effectivement déclenchées.

Le deuxième jour, l’accent est mis sur le rétablissement, le retour vers une situation normalisée. Cette partie de l’exercice se déroule sous la forme d’un workshop. La cellule de mesures et la cellule d’évaluation restent encore actives en vue de récolter et analyser les données radioactives. 

Objectifs particuliers de cet exercice

Le point d’attention principal de l’exercice se situera le premier jour. L’accent sera alors surtout mis sur la faisabilité de la mesure de mise à l’abri et sur l’échange d’informations entre les instances concernées aux différents niveaux. Les participants seront avertis au moment même afin de pouvoir tester les délais réels d’activation.

Le comité de coordination provincial intégré au sein duquel sont représentés les services d’intervention et les services communaux se réunira dans le centre de crise de Dessel. Le Centre de crise fédéral siègera lui à Bruxelles.

Quelques 90 étudiants du Heilig Graf Instituut de Turnhout et de la Artesis Hogeschool d'Anvers participeront à cet exercice afin de le rendre aussi réaliste que possible. Ces étudiants simuleront la réaction de la population et des médias. Ceci se fera notamment via un contact center et une plateforme fermée des médias (sociaux).

Ceci permet aux autorités et aux participants de faire correspondre leur communication aux besoins simulés d’information des médias et de la population. 

Un des objectifs de l’exercice est de vérifier dans quelle mesure les décisions prises par les autorités et la diffusion de l’information qui s’en suit, sont efficients et peuvent être réellement suivies par la population. Plusieurs volontaires des communes de Mol et Dessel retiendront où ils se trouvaient le jour de l’exercice. Ensuite, un “forum d’expression” aura lieu le 16 novembre pour examiner si les décisions communiquées auraient été claires et faisables.

Tester pour mieux protéger

Cet exercice (et la planification d’urgence en général) a pour objectif de donner aux services de secours et aux services potentiellement concernés la possibilité de mettre en pratique l’efficacité des processus de travail existants et la collaboration interne.

Une évaluation minutieuse des aspects testés aura lieu après l’exercice afin de voir s’il convient d’adapter plans et procédures sur base de l’expérience acquise. Tous les services concernés restent en effet soucieux d’améliorer de manière permanente leur préparation en cas de réels incidents.

Les premières impressions de l’exercice seront communiquées à la fin de la première journée. 

Qui participe à l’exercice

L’exercice est organisé par le Service Public Fédéral de l’Intérieur (Direction générale Centre de Crise) en collaboration avec : 

  • La Direction générale Sécurité civile
  • Les services fédéraux du Gouverneur de la province d’Anvers
  • Les communes de Mol et Dessel
  • L’Agence Fédérale pour le Contrôle Nucléaire (AFCN) et sa filiale Bel V
  • Belgoprocess et le Centre d’Etude de l’Energie Nucléaire (SCK•CEN)
  • Les disciplines pour le secours (D1 – D5) avec e.a. le service d’incendie, le service d’urgence médicale, la police locale et fédérale, la Protection
  • Le SPF Santé publique et l’Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaine Alimentaire (ASCA) 
  • Le centre de secours 100
  • Heilig Graf Instituut Turnhout et Artesis Hogeschool Antwerpen
Fire brigade