40 années de recherche permettent de prendre une décision politique pour le stockage géologique de déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie

 

Dans notre pays, la recherche portant sur la gestion à long terme des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie est en cours depuis quarante ans. Les études consacrées au stockage géologique dans de l'argile peu indurée ont atteint un niveau permettant au gouvernement fédéral de prendre une décision en matière de politique nationale. Il s'agit de la première décision devant mener à la réalisation d'un stockage souterrain.

Une grande partie de la recherche consacrée au stockage géologique se déroule dans le laboratoire souterrain HADES, à Mol, à 225 m sous terre. La construction du laboratoire a débuté en 1980. Il est exploité par le GIE EURIDICE, un groupement d'intérêt économique créé par l'ONDRAF et le Centre d’Étude de l’Énergie Nucléaire - SCK•CEN. Au cours des dernières décennies, les scientifiques et ingénieurs ont obtenu des résultats cruciaux pour la construction de l'installation de stockage. « Nous avons pu démontrer qu'il est possible de construire des puits et des galeries dans des couches d'argile profondes à l'aide de méthodes industrielles. » explique Marc Demarche, président d'EURIDICE.

Une expérience de chauffe à grande échelle est à présent en cours dans le laboratoire souterrain. Des expériences de chauffe, conduites à plus petite échelle, avaient déjà démontré que le réchauffement de l'argile ne mettait pas en péril la sûreté du stockage géologique. Les scientifiques entendent confirmer cet enseignement et l'affiner à travers une expérience à grande échelle. Dans le cadre de cette expérience, une galerie de 30 mètres de long sera chauffée à l’aide de résistances électriques pendant dix ans, à une température de 80°C. Il s'agit de reproduire l'effet des déchets de haute activité, qui émettent de la chaleur. Pour Eric van Walle, directeur général du SCK•CEN : « l'expérience de chauffe dans HADES est menée à une échelle représentative d'une installation de stockage réelle. Ce type de recherche est essentiel pour prouver la sûreté à long terme. »

La recherche ne s'arrêtera toutefois pas là, elle se poursuivra après la prise d'une décision en matière de politique nationale. Jean-Paul Minon, directeur général de l'ONDRAF, souligne l'importance de cette décision : « Dès que cette décision sera prise, l'ONDRAF pourra définir la suite des recherches de manière plus précise, organiser et optimiser les différentes étapes de la gestion future et estimer correctement le coût d'un stockage géologique. » À l'heure actuelle, la sélection d'un site pour le stockage effectif des déchets n'est pas encore à l'ordre du jour. Il faut pour cela un processus décisionnel en étapes, incluant une participation active du public et des preneurs d’enjeu, afin de créer une assise sociétale.

Plus d’infos...

EURIDICE, qu'est-ce que c'est ? Le GIE EURIDICE est un groupement d’intérêt économique créé par l'ONDRAF et le SCK•CEN. Il étudie la faisabilité et la sûreté du stockage des déchets radioactifs. Il contribue ainsi au programme national de stockage de l’ONDRAF.

L'ONDRAF, qu'est-ce que c'est ? Depuis 1980, l'ONDRAF, l’Organisme national des déchets radioactifs et des matières fissiles enrichies, est responsable de la gestion de l’ensemble des déchets radioactifs présents en Belgique. L'ONDRAF établit et coordonne le programme de recherche et développement relatif au stockage des déchets radioactifs.

Le SCK•CEN, qu'est-ce que c'est ? Le Centre d’Étude de l’Énergie Nucléaire concentre ses recherches sur les applications pacifiques de la recherche nucléaire. Le SCK•CEN est actif dans différents domaines importants pour la société comme la sûreté, la radioprotection, les radio-isotopes médicaux, le démantèlement d'installations nucléaires et le stockage des déchets. Le SCK•CEN travaille à MYRRHA, une infrastructure de recherche multifonctionnelle pour une nouvelle ère.