Deux nouvelles installations de l’Institut von Karman font avancer le projet MYRRHA

En présence du Secrétaire d’Etat, Philippe Courard, le VKI et le SCK•CEN inaugurent ce matin deux installations uniques: un outil permettant la reproduction d’une activité sismique et un modèle de l’infrastructure de recherche MYRRHA.

Les installations et recherches de l’Institut von Karman (VKI) sont mondialement connues, particulièrement dans les domaines de l’environnement, des turbomachines et de l’aérospatiale. Aujourd’hui, les chercheurs de cette institution, des avant‐gardistes qui travaillent sur les moteurs d’avion de demain, moins bruyants, plus écologiques, ou encore sur l’architecture de nos villes pour réduire courants d’air et pollution, font avancer le projet MYRRHA.

En 2011, un accord de collaboration est signé entre le SCK•CEN et le VKI. Baptisé DEMOCRITOS (Demonstration of Myrrha Operation and CRITical Objects for Safety), cet accord se concentre sur un certain nombre de composants critiques du réacteur de recherche. L’expertise du VKI dans les domaines de la thermo‐hydraulique, des techniques spécifiques de mesure et de la conception de pompes de refroidissement sont des atouts de taille pour le projet MYRRHA.

« Pour développer le concept de MYRRHA et lui donner forme, nous pouvons compter sur l’expertise des meilleurs chercheurs et ingénieurs au monde », affirme Hamid Aït Abderrahim, directeur du projet MYRRHA et directeur général adjoint du SCK•CEN. « Mais parfois, il ne faut pas chercher bien loin pour trouver le partenaire idéal. La collaboration fructueuse avec le VKI prouve toute la valeur et la force des instituts de recherche en Belgique. »

Vibration et fluidité

Les deux installations construites par le VKI dans le cadre du projet DEMOCRITOS, la table vibrante baptisée SHAKESPEARE et le modèle réduit nommé MYRRHABelle, contribueront directement au design de certains composants de l’infrastructure MYRRHA. Elles apporteront également une réponse scientifique aux questions de sûreté posées par l’agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN).

La table vibrante tridimensionnelle permet la reproduction physique d’une activité sismique. Sur cette table, un modèle réduit de la cuve de MYRRHA et son contenu, sont soumis aux effets de ballottement provoqué par un tremblement de terre. Cette étape est importante dans le développement de MYRRHA afin d’éviter que tout ballotement du liquide n’endommage les structures de la cuve et les composants internes du réacteur.

MYRRHABelle est le modèle réduit à l’échelle 1/5 de la cuve de MYRRHA et de tous ses composants (coeur du réacteur, échangeur de chaleurs, pompes primaires,…). Dans cette cuve, de l’eau est utilisée afin de simuler et d’analyser le comportement du fluide caloporteur. Une circulation non optimale de ce fluide pourrait endommager les composants du réacteur.

« Au VKI, en trois ans, 12 chercheurs, doctorants ou post‐doc ont travaillé sur le projet DEMOCRITOS, un projet financé par BELSPO à hauteur de 3,5 millions d’EUR. Grâce à des infrastructures innovantes telles que MYRRHA, une nouvelle génération de scientifiques est formée en Belgique. » se réjouit Philippe Courard, Secrétaire d’Etat à la Politique scientifique.

Cette collaboration s’achève en 2014 sur un bilan positif. L’objectif du VKI et du SCK•CEN est de poursuivre les expériences, d’approfondir certains sujets. Passer du design de la pompe de refroidissement à la construction de son prototype pour en démontrer le fonctionnement en situation réelle sera peut‐être la première mission de DEMOCRITOS II.

____ 

SCK•CEN en VKI huldigen nieuwe installaties 
De gauche à droite :
Jean-Pierre Contzen, président du conseil d’administration du VKI
Hamid Aït Abderrahim, directeur de MYRRHA (SCK•CEN)
Philippe Courard, Secrétaire d’Etat à la Police scientifique
Jean Muylaert, directeur du VKI
Philippe Mettens, directeur de la Politique scientifique fédérale
Derrick Gosselin, président du conseil d’administration du SCK•CEN
 

 

 

 

Shakespeare installation 
SHAKESPEARE : table vibrante tridimensionnelle

Plus d'informations

L’Institut von Karman, est une AISBL qui existe depuis 1956. De renommée mondiale, le VKI est spécialisé en dynamique
des fluides. Ce centre de recherche et d’enseignement situé à Rhode‐Saint‐Genèse forme chaque année quelque 130
étudiants venus des différents pays de l’Alliance Atlantique. Institut fédéral, ce centre d’excellence emploie une centaine de
personnes et effectue des études expérimentales et numériques dans les domaines de l’aéronautique et de l’aérospatiale,
des turbomachines et de la propulsion ainsi que de l’environnement et des procédés industriels. Le VKI travaille sur des
contrats de recherche pour de nombreuses entreprises (Techspace Aero, Snecma, Umicore, ArcelorMittal, Rolls‐Royce…) et
organisations internationales (STO/OTAN, Agence Spatiale Européenne, Commission Européenne, …). Grâce à ses
installations uniques au monde, le VKI fait partie intégrante du projet Swiss Space Systems (S3) visant à rendre l’espace plus
accessible.

SCK•CEN : 60 ans d’expérience en science et technologie nucléaire. En tant que centre de recherche pour les applications
pacifiques de la radioactivité, le SCK•CEN constitue un maillon incontournable de notre société. Le Centre effectue de la
recherche orientée vers le futur et développe des technologies durables à haute valeur ajoutée pour la société. Par ailleurs,
il se charge d’organiser des formations et met à disposition ses services et son expertise. Fort de 700 collaborateurs, le
SCK•CEN constitue l’un des plus importants centres de recherche de Belgique. Trois thèmes de recherche caractérisent ses
activités : la sûreté des installations nucléaires, la gestion durable des déchets radioactifs et la protection de la population
et de l’environnement contre le rayonnement ionisant.

MYRRHA est un réacteur de recherche flexible piloté par un accélérateur de particules, qui ouvre la voie à d’innombrables
technologies et applications prometteuses
. MYRRHA apporte une contribution cruciale au problème de la gestion des
déchets nucléaires : d’une part grâce au développement de la transmutation comme technique de recyclage et de
traitement des déchets hautement radioactifs ; d’autre part, par un usage plus efficace des ressources naturelles d’uranium
et donc, une réduction des déchets nucléaires. MYRRHA reprendra également les activités du réacteur BR2 au niveau de la
production et du développement de radio‐isotopes, indispensables pour le dépistage et le traitement du cancer. MYRRHA
contribuera aussi aux objectifs d’une économie à bas carbone par son rôle déterminant dans le développement des
réacteurs nucléaires de quatrième génération et des réacteurs de fusion. Selon une étude du SPK (Strategische
Projectenorganistie Kempen) sur l’impact socio‐économique du projet, la réalisation de MYRRHA permettra de créer jusqu’à
2.000 emplois durables, directs et indirects.