Tom Shokaert lauréat du prix Odissea

Jeudi 16 janvier dernier au Sénat, le secrétaire d’Etat à la Politique scientifique Philippe Courard a remis les prix Odissea récompensant les meilleurs mémoires sur l’Espace. Avec un mémoire intitulé "Possible scenarios to cultivate cyanobacteria on the Moon for life support", Tom Shokaert est parvenu à décrocher la seconde place.

Sa recherche s’inscrit dans le cadre du projet MELISSA mené par l’agence spatiale européenne ESA en collaboration notamment avec le SCK•CEN. Pour des missions spatiales de longue durée, comme la mission Mars, il est impossible d’emporter suffisamment d’eau et de nourriture et de pouvoir stocker tous les déchets. MELISSA (Micro-Ecological Life Support System Alternative) est une boucle de réacteurs biologiques couplés entre eux pour convertir les déchets (eaux usées, dioxyde de carbone et matières organiques) en eau potable, nourriture et oxygène.

Après son Master en géograpie, Tom Shokaert a suivi l’année dernière un Master complémentaire en Etudes spatiales (KU Leuven/Ugent) et a réalisé son travail de fin d’études au SKC•CEN sous la supervision de Natalie Leys et Sarah Baatout.

Odissea prize proclamation

Philippe Courard, secrétaire d’Etat à la Politique scientifique, a remis les prix Odissea au Sénat en présence du vicomte Dirk Frimout, président du jury, de Sabine de Bethune, présidente du Sénat, ainsi que des sénateurs du groupe de travail « Espace ».

A l’initiative du ministre fédéral de la Politique Scientifique et du Sénat belge, le prix Odissea récompense chaque année un ou plusieurs étudiants de dernière année d’une université ou d’une haute école européenne. Ce prix fait référence à la mission Odissea menée en 2002 par l’astronaute belge de l’ESA Frank De Winne à bord de la Station Spatiale Internationale.

Le SCK•CEN tient à féliciter Tom Shokaert pour sa prestation exceptionnelle et lui souhaite plein succès dans sa future carrière.

Odissea prize proclamation
De gauche à droite: Tom Shokaert, Sarah Baatout (chef de Radiobiologie), Natalie Leys (chef de Microbiologie)

 

Images: copyright Guy Goossens