Le Centre d'Etude de l'Energie Nucléaire a réalisé 500 essais pour Doel 3 et Tihange 2

2013-05-17

Nuclear Power PlantDes essais de matériaux effectuées par le Centre d'Etude de l'Energie Nucléaire démontrent que la présence de flocons d'hydrogène n'a pas d'impact sur l'intégrité des cuves des réacteurs Doel 3 et Tihange 2.

A la demande du bureau d'étude Tractebel Engineering, le Centre d'Etude de l'Energie Nucléaire a réalisé ces derniers mois un grand nombre d'essais sur l'intégrité et la sûreté des cuves des réacteurs Doel 3 et Tihange 2. Dans l'ensemble, les experts en matériaux de réacteurs du SCK•CEN ont réalisé quelque 500 essais.

Etant donné qu'il s'agit d'essais destructifs, au cours duquel le matériau examiné est soumis à des tensions jusqu'à sa rupture, il n'est bien entendu pas possible de réaliser ces essais sur le matériau des cuves dans lequel les flocons d'hydrogène ont été constatés. Afin de pouvoir étudier tous les effets, et combinaisons d'effets, on a utilisé des éprouvettes du matériau de réserve ayant servi à la fabrication de la cuve de réacteur de Doel 3. Ce matériau ne contenait pas de flocons d'hydrogène. De plus, des échantillons de matériau présentant des caractéristiques très similaires à celui des cuves des réacteurs Doel 3 et Tihange 2, mais cette fois avec des flocons d'hydrogène comparables et même en quantité supérieure, ont été examinés. Tous les matériaux ont été testés dans des orientations très diverses.

Lors des essais, on n'a pas observé de différences d'intégrité entre le matériau à flocons d'hydrogène et le matériau sans indication. Ceci s'explique principalement par l'orientation quasi horizontale (laminaire) des flocons d'hydrogène grâce à laquelle ceux-ci ne sont pas soumis à une pression significativement plus élevée.

Le Centre d'Etude de l'Energie Nucléaire peut se prévaloir de 60 ans d'expérience internationale en recherche des matériaux et est spécialisé dans l'identification et la prédiction du comportement des matériaux nucléaires. Le SCK•CEN dispose du réacteur BR2, qui permet d'effectuer des irradiations accélérées, ainsi que d'une infrastructure unique comprenant des instruments de recherche mécanique, physicochimique et microstructurelle pour l'analyse des effets des radiations sur les matériaux utilisés dans les installations nucléaires d'aujourd'hui et de demain. Cette expertise est généralement appliquée en Belgique, mais est également reconnue dans le monde entier.

Prof. Dr. Eric van Walle
Directeur général SCK•CEN

Contacts avec la presse

Dirk Wouters, Communications Manager, 014 33 21 45 - 0476 22 57 86

Cathy Schoels, 0477 68 02 80