Tchernobyl - 25 ans après - Nouvelle brochure

2011-03-31

Le catastrophe nucléaire du Japon se trouve d'ores et déjà gravée dans nos mémoires. L'arrêt du refroidissement suite au séisme sous-marin et au tsunami du 11 mars 2011 sont à l'origine des problèmes des réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima. Cet accident nous apprend beaucoup de choses sur la sûreté des centrales nucléaires. Tout comme ce fut le cas après l'accident de Tchernobyl, il y a 25 ans, cet accident-ci changera sans aucun doute notre attitude envers l'énergie nucléaire.

Le 26 avril il y aura 25 ans qu'eut lieu l'accident de Tchernobyl. A cette occasion, le SCK•CEN publie une brochure "Tchernobyl - 25 ans après".

L'accident de Tchernobyl fut le plus grave de l'histoire de l'industrie nucléaire. Aujourd'hui, les causes et les conséquences ont été examinées de manière très approfondie et le monde nucléaire en a tiré un grand nombre de leçons.

Les conséquences pour la population locale furent énormes. Tout le monde dans un rayon de 30 km a été évacué. L'accident a causé une maladie d'irradiation aigue auprès de 134 liquidateurs et depuis 1990 a dénote une augmentation claire et nette du cancer de la thyroïde auprès des personnes ayant encouru une dose importante en tant qu'enfant.

L'impact de l'accident en Belgique fut faible. En 1986, la dose due à l'accident ne représentait qu'une faible fraction de la dose annuelle de la population et à présent cette dose est en deçà d'un dix millième de cette dose annuelle.

La brochure comporte les faits scientifiques sur l'accident et ses conséquences, ainsi qu'une liste de sources d'information complémentaires. La brochure mentionne les principaux éléments techniques et les erreurs humaines qui sont à l'origine de l'accident. Les auteurs examinent également les conséquences pour l'homme et l'environnement, ainsi que les modifications institutionnelles entraînées par l'accident. Le SCK•CEN s'est efforcé, lors de la rédaction de cette publication, de garantir une objectivité scientifique, une indépendance et une intégrité, conformément à sa charte éthique.

L'impact de l'accident de Tchernobyl sur l'organisation du plan d'urgence nucléaire fut important. Le fait qu'au cours des premiers jours l'accident ait été passé sous silence par l'Union soviétique, ainsi que la confusion qui en a résulté quant aux mesures à prendre pour l'agriculture dans les différents pays d'Europe Occidentale, ont donné lieu à un certain nombre de mesures:

  • Les autorités nationales doivent désormais immédiatement signaler un accident nucléaire à l'AIEA (Agence internationale de l'Energie atomique à Vienne), à l'Union européenne et aux pays limitrophes concernés.
  • L'Union européenne a fixé des niveaux de contamination pour les produits agricoles, dans l'éventualité d'un accident nucléaire futur.
  • La Belgique a établi un plan d'urgence nucléaire, financé par une redevance sur la production d'électricité nucléaire.
  • La Belgique a installé un réseau de mesure, appelé TELERAD, pour le contrôle permanent de la radioactivité.
  • La Belgique a créé l'Agence fédérale de Contrôle nucléaire (AFCN) afin de centraliser les compétences fort éparpillées en matière de radioprotection.

Informations complémentaires:

Prof. Hans Vanmarcke
Chef Evaluations de Performance et d'Incidences radiologiques
Chef Biologie moléculaire et cellulaire
+ 32 14 33 28 29
hans.vanmarcke@sckcen.be

Brochure "Tchernobyl - 25 ans après"

La brochure "Tchernobyl - 25 ans après" est disponible en français, en néerlandais et en anglais.