Projet MYRRHA: Accord de collaboration entre le SCK•CEN et "Centre National de la Recherche (France)" est mis à jour et reconduit pour une période de 5 ans

2009-01-15

2009-01-15

Lors d'une réunion de travail, tenue le vendredi 9 janvier 2009 à l'Institut de Physique Nucléaire à Orsay (France), les directions du SCK•CEN (Centre d'Etude de l'Energie Nucléaire - Belgique) et du CNRS (Centre national de la recherche scientifique/Institut National de la Physique Nucléaire et de la Physique des Particules – France) ont mis à jour leur accord de collaboration relatif au projet MYRRHA et ont reconduit cet accord pour une période de 5 ans.

Ce nouvel accord cadre dans la poursuite du développement du projet MYRRHA, projet pour lequel l'installation GUINEVERE (Generator of Uninterrupted Intense NEutrons at the lead VEnus REactor) est en cours de réalisation sur le site du SCK•CEN à Mol. Ces travaux impliquent le couplage au réacteur existant VENUS, d'un accélérateur construit en ce moment à Grenoble et qui sera transféré à Mol en 2009. GUINEVERE sera un dispositif d'essai à faible puissance de MYRRHA.

Le second volet de l'accord de collaboration renouvelé porte sur l'installation au SCK•CEN à Mol d'une l'équipe européenne CDT (Central Design Team) composée d'experts et de spécialistes. Cette équipe a pout tâche d'effectuer le design détaillé de MYRRHA dans le cadre du 7e programme-cadre de la Commission européenne.

Qu'est-ce que MYRRHA?

MYRRHA (Mutlipurpose hYbrid Research Reactor for High-tech Applications) sera au niveau mondial le premier projet de démonstration d'une nouvelle classe de systèmes nucléaires pilotés par accélérateur de particules (Accelerator Driven System – ADS). MYRRHA sera un réacteur sous-critique d'une puissance de ~50 MW. Le terme 'sous-critique' signifie que le réacteur ne peut maintenir la réaction de fission en chaîne par lui-même, minimisant ainsi le risque potentiel d’accidents.

Les applications de MYRRHA sont multifonctionnelles et multiples. Un des avantages majeurs de cette installation est sa capacité à réduire la toxicité à long terme des déchets nucléaires par le biais de la séparation et de la transmutation, contribuant ainsi à fournir une solution possible à ce défi.

Une autre application cadre dans la technologie des réacteurs de la quatrième génération. Ces réacteurs produiront beaucoup moins de déchets, seront plus sûrs et pourront aussi être utilisés pour la production de radio-isotopes, pour la recherche sur les matériaux avancés pour applications spatiales, dans la télécommunication et la recherche de fusion.

MYRRHA sera un pôle d'attraction pour des programmes scientifiques internationaux et sera un outil important pour la formation de la future génération d'ingénieurs et scientifiques.

Plus d' information

http://www.sckcen.be/myrrha