Démolition de la cheminée du réacteur BR3

2008-09-01

2008-09-01

La ligne d'horizon du SCK•CEN ne sera plus jamais pareille

Les travaux de démolition de la cheminée du réacteur BR3 ont débuté le 18 août 2008. Cette cheminée en briques, haute de 60 m, fait depuis presque 50 ans partie de l'horizon du SCK•CEN. Les travaux de démolition dureront quelques semaines. On prévoit que quelque 346 m³ de débris, pour une masse totale de 730 tonnes, devront être évacués.

Le démantèlement industriel classique (non nucléaire) implique une "dénucléarisation" préalable. Afin de démontrer que la cheminée était entièrement exempte de toute contamination radioactive, une méthode de mesure spécifique fut mise au point en 2007 et cette même année, un programme de mesure fut réalisé en accord avec le SIPPT (Service interne de Prévention et de Protection au Travail). Cette méthode fut approuvée par l'organisme de contrôle agréé Bel V. La cheminée fut officiellement dénucléarisée début 2008.

La cheminée du réacteur BR3 servait à évacuer l'air de ventilation de la zone contrôlée. Avant d'arriver à la cheminée, cet air était filtré et mesuré afin d'éviter tout rejet de particules radioactives.

Etant donné qu'il n'est pas possible de faire tomber la cheminée en entier, elle sera systématiquement démantelée à partir du sommet par une firme spécialisée. Une plate-forme de travail spécialement conçue à cette fin a été mise en place au moyen d'une grue. C'est à partir de cette plate-forme que les travailleurs démantèleront la cheminée au marteau-piqueur. Les débris tomberont dans la cheminée et seront rassemblés au sol. Ces débris seront évacués à intervalles réguliers avec une excavatrice et chargés dans des conteneurs. Des tôles d'acier ont été placées sur le bâtiment auxiliaire afin de protéger celui-ci de la chute de débris. Il s'agit ici d'une mesure préventive. Pour des raisons de sécurité, le chantier sera inaccessible aux personnes non autorisées.

La cheminée fut construite en 1959 et les travaux prirent 5 mois environ. La hauteur totale est de 60 m, le paratonnerre non compris. Ce dernier fut d'ailleurs démonté en 2006. Le diamètre à la base est de 5 m environ, pour une épaisseur de mur de 60 cm. Le diamètre au sommet est d'à-peu-près 2,7 m, pour une épaisseur de presque 30 cm. Un géant à abattre... Après cette opération la ligne d'horizon du SCK•CEN ne sera plus jamais pareille.

Projet-pilote européen: démantèlement et décontamination d'installations nucléaires

La démolition de la cheminée n'est une petite partie du processus de démantèlement du réacteur BR3. En 1962, le BR3 fut le premier réacteur à eau pressurisée d'Europe occidentale. En 1987, il fut également le premier réacteur de ce type à être arrêté. Dans le cadre du programme quinquennal “Recherche et Développement technologique pour le Démantèlement d'Installations nucléaires”, l'Union européenne a sélectionné le BR3 comme projet-pilote pour la démonstration du démantèlement des réacteurs à eau pressurisée. Dans ce domaine, l'on a besoin de connaissances scientifiques et techniques dans des conditions réelles.

Le démantèlement consiste en différentes phases, faisant partie d'un plan de démantèlement. Dans une première phase, les éléments hautement actifs ont été évacués. Pour ce faire, le SCK•CEN a fourni un travail de pionnier dans le domaine des techniques de découpage. La deuxième phase consistait en le démantèlement des divers circuits contaminés. Dans la phase actuelle, la décontamination et la démolition de l'infrastructure en béton sont en cours.

Lors du processus de démantèlement, le SCK•CEN accorde une attention supplémentaire à la radioprotection des travailleurs et à la minimalisation des quantités de déchets radioactifs. Toutes les données ont été soigneusement notées dans une base de données qui servira de base pour évaluer le coût économique et radiologique de nouveaux projets de démantèlement.

Fin 2011, le BR3 sera entièrement démantelé. Toutes les matières radioactives seront évacuées et le site sera libéré en tant que ‘green field’. Ceci signifie qu'il n'y aura plus de radioactivité accrue, ni dans le bâtiment, ni dans l'environnement. Le site pourra recevoir une nouvelle destination, par exemple en tant que zone industrielle ou terrain de loisirs.

Photos