Réaction de prof. dr. Frank Deconinck sur le document de Greenpeace

2006-04-19

2006-04-19

Greenpeace vient de publier un rapport "The Chernobyl Catastrophe - Consequences on Human Health" concernant les suites de l'accident de Tchernobyl. Nul doute que le document aura un grand retentissement dans la presse.

Greenpeace est une organisation qui, au-delà d'actions très pertinentes concernant la protection de la nature et l'environnement, développe des activités agressives de lobbying antinucléaire. Le document sur Tchernobyl doit, selon mon opinion, être vu dans ce dernier cadre avec, comme conséquence, son manque de crédibilité scientifique. Une lecture en diagonale montre une construction de document typique. Une partie du document contient des informations correctes bien connues afin de donner une impression de crédibilité. Une partie contient des demi-vérités, principalement des citations ou données crédibles, mais sorties de leur contexte, destinées à semer un doute. Enfin, le document contient une désinformation flagrante sur base de sources soi-disant objectives, mais qui ne résistent pas à une analyse scientifique critique.

Dans le document de Greenpeace, l'objectivité de l'étude du Forum Tchernobyl, et en particulier de l'AIEA est mise en cause. Cette étude, effectuée en collaboration avec l'OMS et le FAO, a été faite avec le plus grand soin. Lors de nos recherches complémentaires reprises en synthèse dans notre brochure, nous n'avons trouvé aucune indication d'une approche subjective.

La brochure "Tchernobyl, 20 ans après" du Centre d'Etude de l'Energie Nucléaire, est un rapport neutre, fondé scientifiquement et par conséquent aussi objectif que possible sur les conséquences de l'accident de Tchernobyl. Le document est basé sur des années de recherches multidisciplinaires et de collaborations internationales, sujettes à un peer review régulier.