Ouverture de l'année académique: les universités flamandes et francophones et le SCK•CEN confirment leur collaboration fructueuse

2005-09-27

2005-09-27

Cinq universités belges (ULg – Liège, UCL – Louvain-la-Neuve, UGent, KULeuven, VUB – Bruxelles) et le Centre d’Etude de l’Energie Nucléaire ont signé un accord de coopération en 2002 et entament leur quatrième année académique commune. Malgré le fait qu'ils ressortissent à diverses instances compétentes, ils veulent donner de la notoriété leur collaboration au programme anglophone "Master of Nuclear Engineering" et promouvoir ce modèle de laboratoire interuniversitaire belge comme exemple type pour enseignement universitaire technologique de pointe pour l'avenir.

L'expérience des trois dernières années, pendant lesquelles on a collaboré de façon très constructive dans un consortium agissant comme une seule institution solide, est une motivation stimulante pour entamer l'année académique à venir et pour faire encore mieux qu'autrefois. Le modèle belge, connu comme Belgian Nuclear higher Education Network (BNEN), est considéré comme prototype pour tous d' autres pays au sein du grand European Nuclear Education Network (ENEN). Ce réseau ENEN est un corollaire d'un projet européen largement dirigé par les acteurs de BNEN, et dont le SCK•CEN était le responsable.

La collaboration BNEN doit sa naissance aux constatations suivantes: pendant des années on a noté une diminution du nombre d’étudiants ingénieurs qui optaient pour une spécialisation dans le domaine du génie nucléaire. L’OCDE, plusieurs ministères des Etats membres de l’Union Européenne, la Commission Européenne, et d’autres organismes internationaux étaient et sont toujours préoccupés à juste titre du risque de perte de compétences dans ce domaine. La diminution des effectifs d’étudiants a entraîné une diminution parallèle des effectifs de professeurs, les institutions universitaires préférant recruter leurs nouveaux professeurs dans des disciplines plus en vogue. D’où le cri d’alarme des organismes nationaux et internationaux. Le monde académique belge et le SCK•CEN ont arrêté cette érosion en créant le BNEN et en étendant sa philosophie au niveau européen par l'intermédiaire du ENEN.

La plupart des centrales actuelles fonctionneront encore pendant une à trois décennies avant d’entrer dans leur phase de démantèlement, laquelle pourrait à son tour durer une vingtaine d’années. Plusieurs raisons exigent un renouvellement du personnel formé aux sciences et techniques nucléaires: la continuité du fonctionnement des centrales, puis leur démantèlement; les usines liées au cycle du combustible nucléaire, y compris le traitement des déchets; les applications médicales et industrielles utilisant des rayonnements nucléaires; la radioprotection et les activités réglementaires pour la protection des travailleurs, de la population et de l’environnement en général. En outre il est vraisemblable que des centrales de types nouveaux verront le jour dans certains pays.

La nouvelle année académique de BNEN sera officiellement inaugurée au cours d'une séance académique le 30 septembre 2005 à 15h30 dans "Het Pand", Onderbergen 1, 9000 Gand en présence de Carlo Rubbia, lauréat du prix Nobel de Physique en 1984. Cette séance académique sera dédiée au professeur Fernand Vanmassenhove, décédé en décembre 2004. Il était un des fondateurs et un instigateur vivifiant de BNEN.

Pour de plus amples informations, consultez: http://bnen.sckcen.be/

Programme

15.30h - Welcome address - Prof Paul Van Cauwenberge (rector-elect Ghent University)
15.45h - In memoriam Prof. Fernand Vanmassenhove - Prof. em Jacques Willems (honorary rector Ghent University)
16.05h - Past and future of nuclear energy in Belgium - Mr. Marcel Gaube (former general manager of Belgatom)
16.35h - Guest lecture - Prof Carlo Rubbia (Nobel Prize in Physics 1984)
17.10h - Opening of the academic year - Prof William D’haeseleer (chairman BNEN)
18.00h - Closing remarks - Prof Daniël De Zutter (dean Faculty of Engineering Ghent University)
18.10h - Reception